La laine de coton : C’est naturel, mais pas très durable. Quelles sont les alternatives ?

La laine de coton est devenue un article ménager de base pour beaucoup d’entre nous – mais en avons-nous vraiment besoin ?

Ces petits disques duveteux ont fait un très long voyage – depuis un champ en Inde, peut-être, puis ils ont été cueillis, traités, emballés, transportés et empilés dans les rayons d’un supermarché – pour n’être utilisés que quelques secondes avant d’être jetés à la poubelle.

La production de cet article jetable demande énormément de temps et d’énergie.

Selon le Fonds mondial pour la nature, il faut environ 20 000 litres d’eau pour produire 1 kg de coton, soit l’équivalent d’un T-shirt et d’un jean, ou près de six mois de consommation d’eau pour un Irlandais moyen. La culture du coton est également responsable de 24 % des insecticides utilisés dans le monde. L’Inde, la Chine et les États-Unis sont les plus grands producteurs de coton, qui représentait globalement quelque 120 millions de balles en 2017.

Tout cela peut faire paraître votre petit paquet d’ouate plutôt insignifiant – mais tout cela s’additionne. Ma propre consommation d’ouate – trois ou quatre petites balles par jour – représente environ 18 paquets par an.

Le coton hydrophile n’est pas compostable : même s’il s’agit d’une fibre naturelle, il se contamine lorsqu’il est utilisé avec du dissolvant, du toner pour le visage ou du mascara.

Selon le site Web gouvernemental mywaste.ie, la ouate doit être placée dans la poubelle générale et ne doit absolument pas être jetée dans les toilettes, car elle se dilate dans l’eau et peut provoquer des blocages.

Fibres synthétiques

Des fibres synthétiques sont ajoutées à certains tampons d’ouate, pour les aider à conserver leur forme ou pour leur donner une texture plus lisse. Cela signifie essentiellement qu’ils contiennent du plastique et qu’ils ne seront pas entièrement biodégradables dans les décharges. Bien qu’il existe de nombreuses marques de ouate éthique et biologique sur le marché, elles se heurtent aux mêmes problèmes de consommation d’eau et d’énergie pendant la production.

J’ai récemment opté pour des disques démaquillants lavables, que j’ai commandés en ligne chez Clean Sponge.

Cette marque fonctionne parfaitement pour retirer le nettoyant ou appliquer le toner (je trouve les couleurs plus foncées plus pratiques pour le démaquillage), et sont livrées avec un sac en tissu pratique pour les garder ensemble dans la machine à laver.

Il s’agit d’un petit ajustement de la routine quotidienne et, à part quelques fois où j’en ai jeté un à la poubelle par erreur, c’est relativement facile à faire.

Vous pouvez également fabriquer vos propres alternatives réutilisables à la ouate en découpant une vieille serviette ou un vieux drap en rondelles de coton – consultez le site ecoconsciousliving.ie pour obtenir quelques conseils. Et, bien sûr, il y a toujours le bon vieux gant de toilette.

One Change est une rubrique hebdomadaire consacrée aux changements, petits et grands, que nous pouvons apporter à notre vie quotidienne pour le bien de la planète.

Articles similaires :